Back to Blog
13 Sep

La Banque du Canada laisse inchange le taux du financement a un jour a 0,5 %

General

Posted by:

Comme prévu, la Banque du Canada a décidé de laisser inchangé le taux d’intérêt à nouveau, bien que la croissance, au cours de la première moitié de l’année, ait été de beaucoup inférieure aux prévisions de la Banque dans le Rapport sur la politique monétaire de juillet. Au cours du premier semestre, la croissance aux États-Unis a aussi été plutôt décevante, reflétant la faiblesse dans l’investissement des entreprises et l’investissement résidentiel. Aux États-Unis, les dépenses de consommation ont été fortes, soutenues par un marché de l’emploi en hausse.

Un rebond de la croissance américaine au cours du deuxième semestre augure bien pour une reprise soutenue dans les exportations canadiennes. Le rapport sur le commerce de juillet pour le Canada rendu public récemment a démontré une amélioration importante des exportations aux États-Unis, un signal longtemps attendu d’une reprise de la croissance canadienne.

D’autres indicateurs récents suggèrent que l’économie du Canada est entrée dans le troisième trimestre sur une base plus solide à la suite de l’effondrement dû aux feux de forêt dans le deuxième trimestre. La croissance au cours du deuxième trimestre a également été atténuée par une contraction plus importante que prévue dans les exportations. La Banque s’attend à un fort rebondissement dans la croissance au cours du troisième trimestre alors que la production de pétrole reprend et la reconstruction commence en Alberta.

La stimulation financière jouera également un rôle dans la reprise économique au cours du deuxième semestre, alors que les dépenses de consommation sont stimulées par l’introduction des versements de l’Allocation canadienne pour enfants, en juillet. Les dépenses d’infrastructure du gouvernement fédéral devraient également avoir une incidence sur la croissance d’ici le dernier trimestre de l’année. La Banque a néanmoins laissé entendre que la croissance pour le reste de cette année demeura sous les prévisions de juillet.

L’inflation est conforme aux attentes de la Banque du Canada. L’inflation mesurée par l’IPC global se situe en deçà de la cible de 2 %, surtout en raison du recul dans les prix des produits énergétiques de consommation. « Les mesures de l’inflation fondamentale continuent d’avoisiner 2 %, en raison des effets compensatoires des capacités excédentaires et de la dépréciation passée du taux de change. »

Comme d’habitude, le dernier paragraphe de la déclaration de la Banque évalue les risques économiques. Le rapport laisse entendre que le profil de l’inflation s’est orienté à la baisse depuis juillet. En ce qui concerne les niveaux d’endettement élevés des ménages, une préoccupation de longue date, la Banque a fait allusion au ralentissement récent dans le marché du logement à Vancouver, suggérant que même s’il est encore tôt, il pourrait s’agir du début d’un « atterrissage en douceur ». Toutefois, des données récentes concernant Toronto démontrent que le marché de l’habitation est demeuré plus solide que jamais en août. De toute évidence, les déséquilibres dans le secteur des ménages continuent de croître et d’accentuer les vulnérabilités financières.

Compte tenu de la probabilité de la croissance économique au Canada, je m’attends à ce que la Banque maintienne l’orientation actuelle de la politique monétaire en 2017. Cela signifie que les taux d’intérêt canadiens demeureront de beaucoup inférieurs aux taux prévalant aux États-Unis, alors que la Banque fédérale de réserve augmentera probablement le taux de financement à un jour une autre fois cette année ou au début de l’an prochain. Les taux hypothécaires demeureront faibles encore plus longtemps.

 

Dre. Sherry Cooper
Économiste en chef, Centres hypothécaires Dominion
drcooper@dominionlending.ca